Raw Cake grenade et citron vert

Bonjour à tous !

Après vous avoir vanté dans un précédent article ( Toutes les bonnes raisons d’adopter la Raw Cake attitude ), les nombreux mérites du Raw Cake en tant que plaisir gourmand et inégalable à d’autres pâtisseries en terme d’avantages nutritifs pour la santé, voilà l’occasion de vous démontrer que ce petit bijou sur la photo, non seulement se mange facilement, mais n’est pas si compliqué à réaliser ! Je dirai qu’il demande un peu d’organisation, notamment pour les ingrédients à faire tremper dans l’eau la veille.

Il est bien-sûr Vegan et sans gluten !

img_20160831_130518

Précisons que le bouton de rose ajouté par mes soins au dessus de ce dessert, n’est pas comestible. Il a tout de même son importance selon moi. Ne dit-on pas que l’on se nourrit d’abord avec les yeux ? Je crois tellement à cette phrase, si bénine, en apparence justement. Privilégier la qualité à la quantité en terme d’alimentation, c’est aussi valable en terme de beauté. Cette expérience esthétique du beau, ayant le pouvoir de rassasier tant l’estomac que l’âme, en quête de cette beauté. Accessibles à chacun, en cuisine aussi, car elle repose au coeur des petits détails qui parfont un quotidien et lui donne plus de sens. Au delà de la dimension esthétique, soulignons aussi  l’importance des couleurs pour la santé . Connaissez-vous la chroma-thérapie ? J’ai découvert cette discipline classée parmi les médecines douces il y a quelques années, en plein hiver, alors que les couleurs d’automne laissaient place au gris pesant, au noir écrasant d’une nuit bien vite arrivée, et parfois au blanc, si la chance de voir nos villes polluées recouvertes de neige est de notre côté. La chroma-thérapie utilise justement l’énergie des couleurs, susceptibles de fortement nous manquer au point de nous conduire à la dépression,à la fatigue et à toutes sortes de maladies chroniques. Chaque couleur possède une longueur d’onde particulière, en mesure de parler, d’influencer notre organisme. Je vous laisse soin de pousser vos recherches sur internet si le sujet vous intéresse. Ce que nous retiendrons ici, c’est plutôt comment le rouge passionné de la grenade et la fraîcheur du citron Vert, cuisinés sous diverses formes, en crème devenu violets ou restés à l’état bruts, sont capables de parler à notre corps directement, de le combler avant même d’avoir dégusté leurs saveur.

N’hésitez pas à décorez vos plats avec des fleurs, des feuilles ramassées dehors, selon votre inspiration du moment, car votre inspiration correspond justement bien souvent à vos besoins.

Passons maintenant au vif du sujet, la recette !

Les ustensiles nécessaires à l’élaboration du Raw Cake : 

  • Un emporte pièce d’un diamètre de 10 cm., pour donner la forme ronde au dessert.
  • Un petit mixeur pour la pâte de base.
  • Un blender pour les couches du dessus si vous désirez une texture très lisse, sinon le mixeur peut suffire si vous ne possédez pas de blender, il faudra juste mixer un peu plus longtemps.

Pour la pâte de base : 

  • Un grosse poignée de noix et de noisettes trempées la veille (ou minimum 4 heures avant dans un bol d’eau )
  • 6 dates
  • 3 cuillères à soupes de flocons de sarrasins ( facile à trouver dans les magasins bios)
  • 1 pincée de l’Himalaya rose (sinon celui que vous avez sous la main ! )
  • 1 cuillère à café de poudre de vanille

Commencez par passer le mélange de noix au mixer, une fois hachées grossièrement, ajoutez les dattes dénoyautées, puis le reste des ingrédient. Vous devez obtenir une pâte collante aux doigts. Placer une feuille de papier cuisson sur une petite assiette plate . Posez l’emporte pièce dessus.  Déposez maintenant la pâte au fond de l’emporte pièce, veillez à l’applatir de manière égale afin d’obtenir un joli résultat une fois démoulé. MAintenant vous pouvez la placer au congèlateur pendant l’élaboration de vos deux couches supérieures.

Pour les couches supérieures :

  • 1 grenade
  • 2 citrons verts
  • Le zeste d’un citron vert
  • 3 poignées de noix de cajou trempées la veille dans un grand bol d’eau.
  • 1 Cuillère à Soupe de sirop de riz (ou d’agave)
  • 1 cuillère à soupe d’arôme vanille ( préférable à la poudre car les pigments noirs assombriraient la couleur blanche de la couche citron)
  • 2 Cuillère à soupe d’huile de coco
  • 1/2 verre de lait de coco

1 ère étape : 

Ajoutez dans le blender les noix de cajou, le sirop de riz, l’huile de coco, l’arome vanille et le lait de coco. Mixez jusqu’à l’obtention d’une texture crémeuse et lisse.

Séparez le mélange en deux proportions égale, réservez l’une des deux  dans un bol et laissez l’autre dans le blender.

Pour la couche violette à la grenade : 

Mixez les 2/3 de pépins de grenades avec la crème de cajou, et vous obtiendrai une belle couleur violette comme sur la photo. Une fois bien lisse, déposez la crème sur la pâte de base qui reposait au congélateur

Replacez au congélateur 30 minute, le temps que la première couche durcisse, pour déposer la deuxième et troisième couche sans qu’elle se mélange à la première.

En attendant, passons à la couche de citron vert : 

Rincez votre blender, déposez la crème réservée dans le bol auparavant.

Ajoutez le jus des deux citrons verts. Mixez.

Ajoutez ensuite la moitié du zeste de citron vert, et gardez l’autre moitié pour la décoration.

Une fois que la première couche violette vous paraît assez solide, déposer le 1/3 restant des billes de grenades le plus près du bord. Versez ensuite la couche de citron par dessus jusqu’à remplir entièrement l’emporte pièce.

Voilà ! c’est presque fini. Reste à laisser reposer ce bijou au congélateur pour 1 heure minimum. Vous pouvez le laisser la nuit, la semaine, et le sortir du freezer quand vous voudrez !

Une fois sorti dehors, laissez décongeler 30 minutes, assez, mais pas trop, pour être en mesure de détacher votre dessert de son moule sans le déformer . Décorez avec le reste  du zeste, quelques billes de grenades, et pourquoi pas, une fleur à votre image ! Laissez bien décongeler 30 minutes à l’air, sinon encore 5 heures au réfrigérateur.

Voilà, votre raw cake et près ! Félicitations ! Il se conserve au frigo pendant 3 jours, mais encore faut-il résister à ne pas tout engloutir du premier coup, tellement ce dessert est délicieux et léger à la digestion !

Bonne dégustation !

Toutes les bonnes raisons d’adopter la Raw Cake attitude

En tant que nouvelle pratiquante du Raw Cake et déjà complètement mordue du concept, j’ai décidé d’écrire un article spécial sur ces « gâteaux bruts », au sens non pas brut de coffre, mais plutôt restés à l’état de nature, cru, strictement végétalien ( bye bye le beurre, les œufs, le lait d’origine animal et aussi le miel pour les vegans de l’extrême) , non raffinés (adios le sucre blanc, blond, roux, hola sirops de coco, d’érable, d’agave, de riz, de stevia, la mélasse noire, le xylithol de bouleau, le sucre de coco), non industrialisés, sans gluten,  et presque ou pas du tout cuits. Le Raw cake est donc un des rares desserts dont les nutriments restent préservés !

Vous allez comprendre pourquoi, à mon sens, cette manière révolutionnaire de penser et de concevoir un dessert, les méthodes simples et les ingrédients phares nécessaires pour le réussir, ont toutes les bonnes raisons d’être adoptés, moins par nos fourneaux, que par nos congélateurs,  le « freezer » étant souvent l’élément essentiel pour la finition d’un Raw cake, notamment pour durcir la pâte de base et solidifier la garniture souvent crémeuse ( nous y reviendrons plus tard ).

Avant, je dois vous confier pourquoi je me suis lancée récemment dans l’aventure du Raw cake, au delà  du fait que cela semble être la suite logique d’un adepte confirmé de la Raw-food sucrée ou salée !

La naissance de mon fils, a été LE déclic. Si ses gènes tendaient vers son papa côté gourmandise, c’est à dire un coeur fondant à volonté pour toute pâtisserie sous son nez (ou pas) à tout moment de la journée, alors autant lui offrir de la pâtisserie « made in home » by Mama, la plus saine, et biensûr la plus gourmande possible.

En tombant sur des photos magnifiques de raw cake sur instagram, je me suis imaginée avec lui, un peu plus grand, nos manches retroussées,  mini toque sur sa tête, chignon pour moi, dans notre cuisine lui apprenant à bâtir un raw cake,  comme on imbrique des légos aux différentes couleurs, comme on construit enfant,  des châteaux de sable avec joie mais sérieux, bien que l’on sait tous par instinct, tel un repas, qu’ils ne sont pas faits pour durer. Sauf que le gâteau, lui, ni le vent, ni la mer, ni la mouette l’emportera.  seulement notre bouche pour finir dans notre estomac. Et pourtant, je me rappelle de mes premiers gâteaux comme si c’était hier  . Sur la grande table en bois, dans la cuisine rustique décorée à la mouchette et parsemées de mes dessins accrochées au murs à coté de photos de famille que ma grand-mère prenait soin de placer sous une pochette plastique à classeur . Pour les protéger du gras volatile des casseroles d’huile friantes peut-être ? Malheureusement plus de ce monde physiquement, cela restera un mystère. En tout cas, dans mes réminiscences, c’était un sacrifice de l’art déco au bénéfice de souvenirs, qui n’enlevait rien à la dimension affective que représentera à jamais cette cuisine. Voilà pourquoi, bien que dénuées de nutriments, envolés par la haute cuisson, je reste attachée à ces tartes aux pommes insaisissables, ces beignets de carnaval, ces clafoutis, et tant d’autres douceurs élaborés aux côtés de ma grand-mère .

Avec le Raw cake, Gabriel aura non seulement cette chance de trouver la dimension affective du partage, de la convivialité, mais aussi le plaisir d’apprendre, d’expérimenter au contact de la matière brut, comme on malaxe de la pâte à modeler pour créer des formes, avec les avantages nutritifs et écologiques de la Raw-food contrairement aux desserts traditionnels.

Et le plaisir visuel , parlons-en un peu tiens ! Quel autre gâteau qu’un Raw cake, (à part un cup cake saturé de colorants souvent artificiels) , vous procure un tel plaisir des yeux à malaxer, mixer,  jouer, valser avec les couleurs, notamment celles de l’arc en ciel, comme on jouait charnellement à la pâte à modeler ? Des couleurs joyeuses, utopiques, et pourtant offertes par dame nature, sans un poil d’artifice rajouté par l’homme.

Avez-vous déjà vu le film Hook avec Robin Williams ? Quand Peter Pan, recouvre la mémoire de l’enfant qu’il était au pays imaginaire avant de devenir adulte, il peut enfin partager un repas « de rêve » avec ses amis orphelins. Il accède alors, lui aussi à tous ces  plats orignaux, créatifs, supra, hyper colorés, crémeux présents sur cette table fraternelle, qu’ils était incapable de voir trois minutes plus tôt. Une scène qui, personnellement me faisait autant saliver que rêver étant jeune ! Aujourd’hui avec le recul de l’âge, elle me fait aussi réfléchir. Peut-être qu’au fond, garder son cœur d’enfant, c’est savoir voir, être capable d’apprécier les richesses d’une alimentation paradisiaque à disposition dans la nature. Avec le Raw Cake, non seulement j’ai l’impression d’accéder à ces délices de rêve, mais sans la culpabilité qui souvent succède à un plaisir pas tellement sain, car justement dénaturé.

Enfin, côté pratique, sachez que ce dessert prodigieux vous fera gagner du temps. Il n’est pas si long (environ 30 minutes pour 10 petits Raw cakes)  ni vraiment compliqué d’en préparer quelques-uns en avance et de les placer ensuite au congélateur afin de pouvoir en profiter toute la semaine. Il suffit d’augmenter la quantité des ingrédients prévus pour la pâte de base et pour la crème. Certes, si vous souhaitez varier les plaisir en couleur, concocter des arc en ciels et ciels en arc, cela risque de prendre un peu plus de temps. Le grand avantage de ce processus malin, c’est qu’il ne perdent pas leurs bénéfices nutritionnels, restent fidèle en goût, et se conservent deux à trois jours au réfrigérateur une fois décongelés.

A très bientôt dans un prochain article, où je vous  dévoilerais la recette de ce fameux Raw cake au potimarron de saison !