Chips de carottes crues à l’indienne

Coucou tout le monde !

J’espère que votre été se passe au mieux, que vous trouvez des moments de délassement pour faire le plein de bonnes énergies avant la rentrée qui va vite arriver ! Bon, on a encore le temps de profiter d’apéros entre amis autour d’un bon barbecue ( veggie pour ma part ), tout en savourant un coucher de soleil sur fond sonore de grillons ou de cigales . Profitons-en pour agrémenter ces moments de saveurs exquises et saines..

J’avais envie de vous partager une recette de chips de légumes mega gourmande : Des CHIPS CRUES de carottes aux bienfaits ayurvediques 😍 assaisonnées de curry, d’un mix d’huiles riches en oméga 3 ( sésame , colza, caméline, tournesol ), de graines de sésames, levure maltée , citron .. à la fin de la vidéo je vous propose aussi une version plus hot avec un peu de piment d’espelette , mais vous pouvez aussi essayer le gingembre râpé si vous aimez le ginger, c’est merveilleux !

Très différente des chips industrielles ou même celles faites maison qu’on cuit à haute température. Celles-ci sont crues, déshydratées avec mon déshydrateur ( consomme peu d’électricité par rapport à un four) ou séchées au four à 40 degrés pendant 15 heures .

Ça permet de sublimer la saveur originelle d’une carotte marinée dans de bonnes épices tout en préservant les nutriments. La plupart des huiles cuites à haute température sont cancérigènes , un autre avantage santé non négligeable de réaliser ces chips. Vos invités seront agréablement surpris de ces petites bouchées de paradis . Vous pouvez emporter ces délices facilement avec vous en pic nic ou pour votre pause déjeuner .

Elles se conservent longtemps dans un bocal ( parfait en verre idéal ), mais je prends le pari qu’elle ne feront pas deux jours 😋😉

Une fois que vous avez compris le principe, vous pouvez réaliser ces chips avec d’autres légumes ( betterave , courgette, panais etc etc ).

C’était l’occasion pour moi de tester un nouveau format vidéo pour partager des recettes rapides et facile à lire en toute simplicité sur les réseaux sociaux 😚

Bonne recette et bonne dégustation !

L’en-cas gourmand aux milles et une vertus

Coucou les amis ! Je ne pouvais pas laisser passer cet été sans vous parler de mon en-cas de rêve du moment ..

Non seulement il est bon, gourmand, rassasiant, mais il contient 3 ingrédients considérés comme des SUPERALIMENTS qui lui confère un rang de bombe nutritionnelle aussi réconfortante que vitalisante.

Pour rappel, les superaliments sont des aliments naturels, bruts, peu ou pas transformés qui contiennent une forte concentration de vitamines, minéraux, oligo-éléments dans une toute petite quantité . Si bien qu’en les consommant ils couvrent en grande partie ce que les diététiciens appellent les AJR, apports journalier recommandés, établis en pourcentage .

La lecture unilatérale scientifique a ses limites cependant . La diététique aussi d’ailleurs . Je lui préfère la nourriture instinctive ( je ferai une vidéo là dessus..) . L’instinctothérapie, si elle reste raisonnée et appliquée à des produits non industriels transformés , sait exactement ce qui est bon pour notre corps et ce dont il a besoin sur le moment. Difficile de fixer des grammages et d’imposer des programmes stricts sur du vivant qui, par principe, BOUGE et ÉVOLUE sans cesse.. On pourrait suivre à la lettre et au pourcentage près les recommandations parfois contradictoires des diététiciens de telle école de pensée, l’assimilation des aliments par un corps unique dans une vie, une génétique et un environnement uniques, n’en serait pas moins UNIQUE et variable en fonction de l’hygiène de vie, de la qualité organique de l’aliment ( avec ou sans pesticide ? ) , de la mastication, des capacités de digestion de chacun, de la manière dont vous mangez en pleine conscience, des émotions qui vous traversent quand vous dégustez. On a tendance à manger nos pensées plutôt que de faire corps avec notre repas.

D’où l’intérêt aussi de nourrir sa vie et d’entretenir sa bonne santé de manière holisitique, car les énergies , pas seulement celles contenues dans les aliments, font partie intégrante de notre être et président à toute force existentielle, tant sur le plan microscopique que macroscopique . Un exemple : vous pouvez manger le meilleur en-cas nutritionnellement parlant, mais si vous regardez les infos à la télé pendant votre repas, scrutez votre écran de téléphone ou encore, êtes en pleine conversation fâcheuse à table, votre chimiste intérieur sera moins en forme et moins performant pour extraire le maximum de ce que vous faites entrer dans votre corps, l’énergie est concentrée ailleurs, décentrée , dispersée .

Évidemment j’ai mis du temps avant de me cantonner à faire une chose à la fois, vive le Zen qui vous apprend à redonner du sens et de la pleine conscience à chaque instant simple de la vie, même faire la vaisselle bien que ce soit Chiant 🙂 je ne suis pas irréprochable à 100 % non plus quand il s’agit de lâcher mon portable, quand je vois les notifications Facebook ou Instagram clignoter sur mon tel je suis trop tentée pour regarder 🧐 Du coup je m’applique le plus souvent possible à tourner mon portable dans le sens de l’écran caché et il est sur silencieux, histoire de vraiment profiter de ce que je vais déguster avec mes sens dans toute la splendeur qu’il mérite . C’est fou comme ça peut changer un repas, amplifier les saveurs, me rassasier plus vite , m’apaiser quand je sors de table.. et me donner l’impression d’avoir passé un moment privilégié avec la Terre dans son état de paradis . Bon, ça c’est l’idéal quand je peux manger seule, mais quand j’ai mon fils à table, je passe plutôt mon temps à ramasser ce qui tombe parterre ou parfois forcer un peu pour qu’il mange ce qui est dans son assiette . Je lui apprends à mastiquer le plus possible et nos repas sont globalement source de joie et bonne humeur, même si la perfection n’existe pas. Niveau conversation si je suis entourée de proches je préviens souvent de manière humoristique qu’on peut parler de tout sauf d’argent ou d’histoires négatives pendant ce moment.

L’idéal serait tout le temps, car c’est aussi ça l’intoxication…et le besoin de detox : tout ce que nos oreilles absorbent est aussi important ( il existe d’ailleurs des bougies d’oreille pour faire des nettoyages énergétiques et évacuer ce qu’on se prend parfois en pleine face, en fait en pleines oreilles et qui nous encombre inconsciemment plus que de nous nourrir profondément ) que ce que nous mangeons , regardons, respirons …

Revenons donc à notre en-cas de rêve à manger si possible dans des conditions idéales, parce que vous êtes sacrés et que vous méritez de vous accorder des instants gourmands et régénérant sacralisés 😉

Le chanvre , l’herbe d’orge et les graines de chias sont des trésors nutritionnels . Ils contiennent notamment de bons acides gras, protéines, antioxydants, vitamines et minéraux essentiels. Le gratin gagnant !

La graine de chia est la plante la plus riche en oméga 3, elle régule le taux de cholestérol, l’hypertension artérielle et la glycémie . Elle est très riche en calcium, en antioxydants et en fibres qui facilitent le transit intestinal tout en procurant un effet rassasiant et une sensation rapide de sa satiété.

Pour ceux qui souhaitent perdre du poids et éliminer des graisses stagnantes, la graine de chia peut-être une alliée : Selon certaines études récentes, la graine de chia contribuerait à brûler les graisses de la ceinture abdominale et des hanches au bout de d’1 mois à raison d’une prise de 50 gr (3 Cuillères à soupe ) par jour .

Le chanvre, quant à lui, est une excellente protéine, riche en acides aminés essentiels et en bons acides gras directement réutilisés par le corps qui va y puiser son énergie . C’est un puissant anti stress et anti dépresseur .

Vous pouvez idéalement faire votre lait vous même en achetant des graines de chanvres décortiquées ou non, en magasin bio ( même principe que le lait du Graal de ma dernière vidéo YouTube ) , ou l’acheter directement en en brique, même s’il est moins riche nutritivement car pasteurisé .

Quant à l’herbe d’orge , c’est ma bouffée d’air frais en ce moment ! J’en mets dans mes jus dans mon pudding dans les salades sous forme de poudre raw ( non chauffé..).

Je sens que ça me fait un bien fou dans le corps, ça respire, pas étonnant car elle est très riche en chlorophylle.

L’orge était vénéré comme un grain sacré tant chez les Romains, les Égyptiens que chez les Grecs. C’est surtout l’herbe d’orge verte qui est un trésor nutritionnel , très riche en chlorophylle comme je vous disais plus haut, son pouvoir alcalinisant régule l’équilibre acido-basique, oxygéne les muscles, les cellules et facilite le nettoyage de l’organisme .

Elle a un goût plutôt neutre contrairement à la spiruline par exemple.

Conservée à son état cru ( raw), séchée et réduite en poudre à basse température, l’herbe d’orge garde ses nombreuses vertus et peut s’utiliser pour quantité de troubles pathologiques : carences en fer, aide à la cicatrisation ou la repigmentation de la peau, circulation du sang et renforcement du système immunitaire. Elle est utile en cas d’intoxication des systèmes hépatique, lymphatique, rénal et digestif, dysfonctionnement du transit intestinal, troubles hormonaux, perte de mémoire, dépression et fatigue chronique, et enfin elle régule la glycémie chez les diabétique.

Bonne nouvelle, pour ceux qui cultivent déjà des graines germées avec un germoir, on peut faire pousser soi-même son herbe de blé d’orge avec les grains d’orge, sur le même principe que la germination des graines .

Dans tous les cas, vous trouverez tous ces ingrédients dans les magasins bios ou sur internet . Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je ne jure que par le sucre de coco ou le sirop d’érable dans mes recettes.

Le sucre de coco est de plus en plus accessible niveau prix, parfois vendu en vrac à 9 euros le kilos dans certaines biocoop. Il a un petit goût caramélisé adorable et surtout il a un index glycémique bas, qui vous apporte une énergie en continue sans faire monter la glycémie et provoquer une charge d’insuline trop élevée dans le corps. C’est un allié pour continuer à se faire plaisir et sucrer certaines recettes sans les désagréments des sucres de betteraves ( même complet ) ou raffinés qui sont de vraies drogues et désastres pour l’organisme .

J’ai omis de vous parler des bienfaits de la banane et des framboises, ils ne sont plus à prouver, ce sont d’excellents fruits . Petit avantage pour la banane surtout mûre qui n’est pas du tout acide si vous avez des problèmes gastriques, et très riche en potassium. Ma framboise est aussi riche en antioxydant et vitamine E pour la beauté de la peau et l’entretien de la vue.

Allez c’est parti pour la recette du bonheur !

Pour 1 pot à Yahourt de 15 cl ( 125 gr) 👇🏻👇🏻

– 4 CS de graines de chia

– 200 ml de lait de chanvre ( pour plus de gourmandise vous pouvez faire 100 ml crème de coco+ 100 ml lait de chanvre)

– 1/2 banane

– 1 CS d’Herbe d’orge en poudre

– Environ 5 framboises

– 1 pincée de vanille en poudre

– 1 cc de sirop de coco

– Quelques graines de courge trempées dans l’eau la veille + 1 cc de sirop de coco

Optionnel : à la place de la vanille vous pouvez mettre du zeste de citron ça relève aussi très bien ce dessert et c’est moins coûteux

Placez les graines de chia dans un bol avec le lait, la vanille, l’herbe d’orge, le sirop de coco. Mélangez à l’aide d’une cuillère . Laissez gonfler 15 minutes minimum ou une nuit . Le lait va être absorbé par les graines qui vont gonfler.

Pendant ce temps faites mariner vos graines de courges activées ( elle sont plus digestes grâce au trempage de la veille ) dans le sucre de coco, ou vous pouvez aussi les caraméliser à la poêle quelques secondes avec un peu d’huile de coco.

Coupez votre banane en 2 -3 rondelles et le reste en petits morceaux ( au moins 1 rondelle pour la déco 😉 ), placez la rondelle sur la paroie vitrée de votre pot ou verre. Ça colle tout seul normalement 😀 faites pareil avec quelques framboises entières .

Déposez maintenant votre pudding de chia cuillère par cuillère en commençant par remplir le fond au milieu pour que le pudding maintienne vos fruits contre la paroie en verre . Alternez 1 cuillère de pudding , une cuillère de morceaux de banane coupés finement, une cuillère de pudding jusqu’au dessus. Il se peut que vous ayez un peu de rab mais pas assez pour faire un autre pot. Vous pouvez aussi prendre un verre de 25 CL pour cette recette biensûr . Je trouvais que le pot façon laitière était plus joli 😉

Déposez vos graines de courges marinées dans le sucre de coco . J’ai ajouté une petite fleur de camomille sur la photo, c’est une option esthétique surtout pour me rappeler le bonheur d’aller faire de la cueillette et d’avoir des plantes et fleurs médicinales à portée de main 😍 ce n’est pas seulement pour faire une photo postée sur Instagram que je l’ai déposée . Cette beauté nourrit tous mes sens, j’ai déjà l’impression d’avoir mangé avec les yeux, et j’aime côtoyer un large panel de couleurs dans mon assiette..un principe qu’on retrouve notamment dans l’alimentation ayurvedique, chaque couleur portant son énergie propre et correspondant à un chakra notamment 😜

Bonne dégustation à tous, et que l’été continue du plus belle !

Le Lait Végétal du Graal * Fait Maison

Une fois que vous l’aurez testé, vous ne pourrez plus vous en passer ! L’ingrédient principal est une bombe nutritionnelle qui confère à ce lait toutes les qualités d’un lait maternel, enfin presque ! Pour cette première vidéo je reviens également sur les produits laitiers animaux et les problèmes liés à sa consommation. 

Voici le lien de la vidéo : Le lait du Graal

 

Blondie chocolat noix du Brésil caramel au shiro miso

Coucou la compagnie gourmande !

Le week-end dernier je vous ai mis face à un affreux dilemme sur les réseaux sociaux : trancher entre deux versions de blondies qui paraissaient toutes deux délicieuses à vue d’œil ( et qui l’étaient vraiment ) afin que je sache laquelle vous partager en recette sur le blog !

Là grande majorité d’entre vous a opté pour…les deux ! Alors vu que la recette du blondie Matcha chocolat blanc macadamia est un peu plus longue à réaliser, j’ai décidé de vous partager l’autre sur le blog, et je vous réserve le green blondie dans mon livre de recette .

Au fait , c’est quoi un blondie ? Un brownie qui a mis une perruque blonde , on peut retrouver des notes de chocolat, mais bien plus éparses que la version originale ultra chocolatée .

Pour ceux qui n’ont pas de shiro miso sous la main ( je l’ai acheté dans une épicerie japonaise à Paris), vous pouvez le remplacer par du miso blanc qu’on trouve plus facilement dans les magasins bios . N’hésitez pas à vous emparer de cette recette même si vous n’avez pas de miso. Cette touche japonisante est vraiment très subtile, le shiro miso au goûte unique et légèrement salé est réputé pour sublimer les pâtisseries et chocolats . J’avais vraiment envie de tester dans un blondie et je ne suis pas déçue du tout 😍 mais votre blondie sera tout de même délicieux sans cette japan touch’ , rassurez-vous !

Je vous avais également parlé d’un ingrédient secret dans mes blondies..à vrai dire ils sont différents pour les deux gâteaux , mais ils restent tous les deux de la même famille : les légumineuses !

Le grand avantage nutritionnel par rapport à de la farine, c’est sa richesse en protéine, son côté rassasiant et sa facilité de digestion. La légumineuse va jouer à la fois le rôle de consistance tout en apportant la texture fondante .

Côté noix, j’aime beaucoup les noix du Brésil dites aussi d’Amazonie, car elles sont riches en magnésium , gourmande une fois toastées au four, avec de bons acides gras qui apportent un côté encore plus fondant .

Dans ce blondie chocolat noix du Brésil caramel salé , j’utilise donc ….des pois chiches !

Promis vous n’y sentirez que du feu !

L’un des ingrédients clef également, c’est le beurre de cacao cru qui ressembla à du chocolat blanc, très riche en fer, magnésium, vitamines C , A 1, B1, D et E. C’est justement quand il n’a pas été torréfié qu’on profite le plus de ses nutriments . Quand il va cuire à 180 degrés évidement on perdra quantité de nutriments, mais c’est un bon ingrédient à posséder chez soi, ne serait-ce que pour faire son propre chocolat en ajoutant du cacao cru et du sucre glace ( j’utilise le sucre glace de coco qui se vend dans le rayon pâtisserie de certains magasins bio ) avec une pointe de sel et de vanille, en veillant à le faire fondre au bain marie à 42 degrés maximum ( on estime que les nutriments s’altèrent passé 42 degrés )

Voilà , c’était la petite parenthèse de fabrication maison du chocolat . Vous retrouverez des recettes complètes de chocolat vegan dans mon livre de recette 😉

Dans ce blondie il vous suffira d’ajouter quelques morceaux de beurre de cacao cru pour apporter plus de fondant encore , sans nécessairement passer par la fabrication du chocolat. Si vous n’en n’avez pas sous la main, vous pourrez mettre plus de pépites de chocolat noir, c’est bon aussi.

Pour faire le caramel salé j’utilise des dattes, de l’eau , de la vanille et de la fleur de sel d’Himalaya, tout simplement ! Les hôtes d Léon restaurant ont toujours été bluffé par ce caramel que j’ajoutais sur des tartes ou dans les compotes de pomme de mes brunchs

Allez, c’est parti !

 

Ingrédients pour un blondie 6-8 personnes : 

– 300 gr de pois chiches cuits et égouttés

– 80 gr de purée d’amande blanche ou de beurre de cacahuète (peanut butter)

– 50 grammes de flocons d’avoine réduits en poudre

– 30 gr de beurre de cacao cru concassé

– 1/2 sachet de poudre à lever

– 2 CS de sucre de coco

– 80 gr de sirop d’érable

– 2 pincées de vanille en poudre

– 1 Cc d’arôme naturel liquide de vanille

– Optionnel : 1 Cc de poudre de shiro miso ou 1 CS de purée de miso blanc

– 1 poignée de pépites de chocolat noir

– 1 pincée de sel

– 150 grammes de noix du Brésil

Pour le caramel :

– 3 poignées de dattes deglet nour dénoyautées

– 2 pincées de fleur de sel d’Himalaya ( j’ai du gros sel que j’écrase au mortier )

– 2 pincées de vanille en poudre

– 1/2 Litre d’eau

Préchauffez votre four à 180 degrés .

Placez tous les ingrédients du blondie dans un mixer ou blender, sauf les noix du Brésil , le beurre de cacao et les pépites de chocolat . Mixez jusqu’à obtenir une pâte bien crémeuse . Basculez ce mélange dans un saladier . Concassez vos noix du Brésil à l’aide d’un mortier afin d’en obtenir des vulgaires morceaux, ou mixez les quelques secondes dans votre blender .

Ajoutez maintenant la moitié des pépites de chocolat, le beurre de cacao concassé (si vous en avez ) et vos noix dans la pâte du blondie, et mélangez le tout à l’aide d’une cuillère en bois.

Recouvrez un moule carré ou un moule à cake avec du papier sulfurisé.

Étalez votre mélange, et placez-le au four à 180 degrés pendant 25 minutes .

Au bout de 15 minutes , ajoutez le reste de pépites de chocolat noir au dessus du blondie qui cuit au four.

Passé les 25 minutes, laissez refroidir votre blondie afin de lui permettre de se durcir .

Reste à faire votre caramel : mixez tous les ingrédients sauf la fleur de sel dans le blender jusqu’à obtenir un caramel bien liquide et onctueux à la fois .

Ajoutez maintenant la fleur de sel. Votre caramel est prêt à rejoindre votre blondie en guise de topping supra gourmand ! 😍

img_4845

Bonne dégustation !! 😋

Pour la conservation, placez les carrés de blondie dans un Tupperware afin d’éviter qu’il sèche 😊

Où manger Vegan à Venise et Milan

Hello tout le monde !

IMG_3731

 

Peut-on trouver des restaurants qui proposent des plats et desserts végétaliens ( allez, sans gluten aussi, soyons ambitieux ! )absolument délicieux, sans trop pagayer,   dans le pays où la mozza di Buffala, les pastas et la pizza sont une institution ?

Je reviens d’un petit séjour en Vénétie avec un bref passage à Milan, et je suis heureuse de vous annoncer que c’est possible !! 🥳😋

Attention, je ne parle pas ici de se contenter d’une assiette de « verdure grigliate » ou de 3 tomates et une poignée de roquette dans un restaurant Italien classique pour faire plaisir aux copains qui ne sont pas aussi compliqués que vous alimentairement parlant. Durant ce voyage, cela m’est d’ailleurs arrivé de suivre le mouvement de mes acolytes sans trop chercher le chemin d’adresses « vegan friendly » le premier jour. J’étais si captivée à prendre des photos à chaque coin de rue, que j’en oubliais d’avoir faim , jusqu’au moment où les autres commençaient à crier famine. On s’est donc arrêté dans un restaurant Italien non loin de la piazza San Marco, et c’était assez frustrant de manger de la courgette grillée et des aubergines fades et dévitalisées. J’aurais pu commander des spaghettis à la sauce tomate et au basilic me direz-vous, mais mon plaisir toujours grandissant de manger vivant ( cru ou complet au moins ), mon inconfort digestif face au blé moderne ( fameux gluten qui te colle aux paroies intestinales pendant 3 jours et te rend flagada) m’ont conduit à écarter cette option. J’avais aussi envie de rester légère afin d’apprécier la beauté de ce voyage avec mes 5 sens au Top de leur sensibilité, tout mon corps et toute mon âme disposés à profiter de l’instant présent, sans énergie accaparée par une lourde digestion. Vous savez peut-être déjà qu’il existe de plus en plus de restaurants proposant des pizzas au blé ancien, ou au levain naturellement fermenté, ou carrément des pizzas sans gluten en Italie. Tout ne se vaut pas, je me rappelle d’une pizza senza glutine commandée à Firenze il y a quelques années.. Tout le monde avait des pizzas de 20 cm de diamètre bien moelleuses, et j’avais l’impression d’avoir une pizza pour enfant toute dure devant moi ! Conclusion, pour le gluten free, c’est vous et votre chance !

Les personnes qui m’accompagnaient dans ce voyage étaient végétariennes (dont  mon petit garçon ) et flexitariennes. Ce fut donc assez facile d’imposer mes propositions de restaurants veggie friendly la plupart du temps .

Petite confession : La seule fois où j’ai mangé végétarien c’était le dernier jour à Milan chez Napiz, une des meilleures pizzerias de la ville , pizza caprese avec un dessert chocolaté au mascarpone . Une fois mis les pieds dedans, c’était fichu. Les pizzas qui passaient sous notre nez ressemblaient à des œuvres d’art. La charge émotionnelle liée à la frustration de ne pas tester ce qui serait peut-être la meilleure expérience gustative pizzeriale (ce mot n’existe sans doute pas ) de ma vie était trop intense. J’ai mis mon cerveau en mode refoulement/dissonance cognitive, pour ne pas penser à tout ce qui sous tend la consommation de mozzarella et plus généralement de produits laitiers pour les veaux et les vaches, maman et Baby séparés quelques jours après leur naissance, instrumentalisés pour générer les montées de lait à la mère.. mais je l’ai regretté après coup et c’est une belle leçon pour moi. Quelle mère humaine allaitante, accepterait qu’une race supérieure à elle vienne lui prendre son enfant pour le simple plaisir de boire le lait destiné originellement à nourrir son bébé, et d’en faire commerce avec ?

J’apprends à me connaître, et prends conscience que mon côté épicurien et gourmand a désormais besoin d’être complètement aligné avec mes convictions éthiques profondes. 5 ans de Végétalisme avec, je dirais, 15 % d’exceptions végétariennes semblent avoir reprogrammé les goûts de mon corps, et les petits écarts fromagers qui ont toujours eu lieu au restaurant par faute de choix ou par craquage, deviennent vides de sens et de plus en plus inconfortables physiquement et moralement pour moi.

Bilan tiré de cette pizza monstrueusement bonne (et monstrueuse tout court) :

1 heure Max de plaisir gustatif, pour tout le mal cautionné derrière, ça ne me convient plus. Et puis il y a une spirale vertueuse dans le fait d’arrêter pour de bon les produits laitiers animaux ..gain de santé et de vitalité ( Pas encore informé sur les problèmes liés à la consommation de lait de vache ? Cliquez sur cette Vidéo du cancérologue Monsieur Joyeux pour en savoir plus sur le sujet    ,  ) beauté de la peau car moins de toxines à évacuer, bénéfices écologiques … Mais encore une fois, chacun son chemin de vie, j’écris cet article pour vous proposer des alternatives, quelques soient vos motivations, vos convictions et les raisons pour lesquelles vous souhaitez tester ces bonne adresses ( curiosité épicurienne, mode de vie healthy, éthique animale , convictions écologiques, problèmes de santé ), sans négliger de vous exprimer mon cheminement de pensée et d’action ( le bonheur vient vraiment quand paroles et actes sont 100 % alignés ) , ses errances et ses rectifications.

Vous vous demandez peut-être alors, pour les œufs , qu’en est-il ? Depuis ma grossesse mon corps n’a plus du tout de plaisir à manger de l’œuf, je pense qu’il y a un lien avec la maternité bien que tous les œufs ne soient pas fécondés. La protéine de l’œuf est assez complexe pour le système digestif humain, je pense que c’est aussi un facteur de rejet naturel. En revanche j’invite ceux qui ont une maison et un peu de terrain à adopter des poules issues d’élevage et souvent mal en point à leur sortie , vous pouvez leur offrir une renaissance et créer de beaux liens avec ces cocottes ! Non seulement c’est mignon et intelligent contrairement à ce qu’on nous a inculqué comme préjugé, et en plus elles peuvent se régaler avec les restes de votre compost.

Pour adopter les poulettes, évitez les magasins de jardinages & bricolages, car vous maintenez le cercle vicieux du commerce et de l’exploitation de vies animales. Vous pouvez vous tourner vers des associations telles que DXE France https://dxefrance.fr/ ou regarder sur leboncoin, il arrive que des personnes donnent des poules .

Pour aller plus loin sur l’adoption de poules voici la vidéo d’une militante vegane et sa chaîne YouTube « La petite Okara » que je suis sur Instagram : https://youtu.be/yJG8KYqAaKU

Elle est très engagée pour la cause animale, très yang dans son énergie je dirais même ..certaines recettes de cuisine proposées sur sa chaîne Youtube sont très bonnes ( la galette des rois est top ! ), un vrai plus pour les personnes en transition vers le végétalisme qui ont envie de similis ( textures végétales qui rappellent la viande), de plats traditionnels revisités ou simplement pour épater leur copains omnivores invités à dîner.

Je resterai donc attachée dans cet article à vous proposer des adresses gourmandes en Italie (j’ai même trouvé de la pâtisserie crue hi hi ), tout en gardant le juste milieu entre alimentation saine, naturelle, vivante (essentielle à notre pleine santé ) et bonne bouffe mal bouffe vegane qu’on aime consommer de temps à autre ( oui il va y’avoir du burger de ouf dans l’air 😱) !

C’est parti, on commence par Venise avec 2 adresses coup de coeur :

LA TECIA VEGANA

 

img_3385

Direction le quartier San Marta, arrêt « San Marta » en vaporetto. Une partie de Venise très habitée par les vénitiens , loin du brouhaha touristique, et en même temps pas si loin. J’ai bien apprécié regarder des jeunes garçons jouer au football dans le terrain de foot du quartier en sortant du restaurant. A l’italienne , molto théâtral ☺️🤗

Le Restaurant est situé à moins de 10 minutes de l’arrêt en bateau bus.

L’accueil y est doux et attentionné, nous n’avons croisé que des vénitiens dedans, pas de touristes sauf nous ce soir là.

Sur la carte vous trouverez énormément de choix de plats , allant de l’oriental plus courant ( houmous, falafels , moussaka, salade russe ) , aux plats africains ( le maffé 😍), jusqu’aux spécialités vénitiennes et italiennes revisitées …… Les jus à l’extracteur étaient de la partie également , ainsi que les desserts italiens ( tiramisu) et et et…les rawcakes, ma spécialité  !

Voilà un aperçu de la carte :

On avait un peu envie de tout prendre, mais on s’est contenté de 3 plats et 4 desserts 😋

img_3339

Le steak de lentilles était bon, mais rien d’extraordinaire. Je pense qu’une petite chapelure à base de biscottes de sarrasin ainsi qu’un tofumé mixé avec les lentilles auraient rendu le tout plus gourmand avec un effet steak tendre et croustillant garanti. La sauce tomate qui accompagnait le tout était démente en revanche ..une vraie sauce italienne comme ils savent les faire mieux que quiconque, avec des ingrédients de qualités, de la tomate local et du basilic bien frais.

Les ravioles au fromage végétal étaient très gourmandes, avec gluten. J’ai bien reconnu le petit goût fromageux imité avec la levure maltée, et l’oléagineux utilisé était sans aucun doute de l’amande ( on peut le fabriquer à base de cajou aussi ). La texture était très ressemblante à la farce d’une viande .

img_3345-1

Le mafé était mon plat préféré ( on s’est partagé les assiettes biensûr ! ) . Il était cuisiné avec du tempeh, et la sauce à base de cacahuète était délicieuse, fondante à souhait !

C’est quand même avec les desserts que je me suis le plus régalée !

Côté rawcake, mention ++++ pour celui à la pistache . Nous en avons pris X 2 ! Avec une note de fleur d’oranger ça aurait été l’apothéose.. Celui au cacao et à la fraise était bon, mais la fraise faisait trop tagada pour ma part. Ça manquait d’une pointe d’acidité donnée par le fruit pour contrebalancer la légère amertume du chocolat . Pour rappel, on l’appelle rawcake parce que les aliments sont bruts ( raw en anglais) , ici des oléagineux, et ils ont juste été mixés, avec de la datte par exemple . Vous avez peut-être remarqué que mes rawcakes sont souvent faits avec une pâte de base d’oléagineux, et que j’aime ensuite y ajouter une crème de fruits mixés ou de super aliments comme le cacao cru ou les baies d’acaï par exemple. Pour ces rawcakes de la Tecia Vegana,  ce n’était pas le cas, mais c’était bon quand même !

Enfin le crumble fraise rhubarbe, un bon classique ..à tomber 😍 chantilly extraordinaire, duo fraise rhubarbe un peu tièdes couplées au petit croquant de la farine et des noisettes ..tellement parfait !

Celui là je ne l’ai même pas partagé, c’es mon côté Joey ( les fans de la série friends me comprendront ) 🤗

J’aurais bien goûté le tiramisu par curiosité, histoire de voir ce que donnait leur mascarpone vegan, mais je n’avais plus de place dans mon bidou 😅🤣

Bref, un très bon moment dans un quartier moins connu de Venise. Nous avons même sympathisé avec une famille vénitienne derrière nous, l’ambiance était chaleureuse et la digestion légère même si les plats étaient consistants !!

Je n’ai pas mangé le riz personnellement , c’est peut-être aussi ce qui a rendu ce dîner dégustation parfait 🙂

Engagements écologiques, éthiques se lisent sur tous les murs avec des photos et citations de célébrités végéta*iennes et une bibliothèque à disposition . Il y a même des jolies photos d’oeuvres d’artistes engagés autour de la cause animale, tout le monde y met la main à la patte (pâte )  😉

 

                                                              GAM GAM

Maintenant je vous emmène chez Gam Gam, dans le Ghetto de Venise, quartier juif très charmant par ailleurs . Ce n’est pas un restaurant vegan, mais il y a dans ce type de cuisine proche orientale, beaucoup de plats végétaliens. Les serveurs étaient adorables , la qualité des ingrédients exceptionnelle, la finition des plats très artistique.

img_3189

Houmous complètement dingo visuellement , et gastronomiquement parlant aussi ! Voyez-vous un arbre ou un poisson ?

bb4e020e-0f04-45d5-b84f-a790792ca985

Meilleur falafel de ma vie ..c’est peu de le dire ..bien moelleux à l’intérieur, croustillant sur le dessus et pas sec du tout ! il n’était pas sans me rappeler ceux que j’avais goûté à Naplouse en Palestine 7 ans plus tôt. Culture culinaire commune, terre commune, espérons qu’un jour ce qui rassemble prenne le dessus sur les différences et les volontés impérialistes . Sujet à part, mais des plus importants pour mes frères humains en climat de conflit permanent là-bas, j’ai confiance dans les nouvelles générations. J’ai vu des israéliens et des palestiniens militer dans la rue ensemble à Jérusalem, pour la paix et le partage équitable des terres, mais ce genre de manifestations pacifistes et unificatrices n’intéressent pas les médias . A la fin, l’amour gagne toujours. Cette étincelle est plus puissante que le feu des armes et peut faire sauter n’importe quelle barrière, quand elle est maintenue et entretenue par des cœurs sincères, même s’ils sont moins nombreux .

Le Houmous aux champignons, je ne connaissais pas , eh bien à refaire dans ma cuisine !!

img_3179

Les cœurs d’artichaut n’avaient rien de transcendant . Si la sauce tomate avait été plus relevée je pense que ça changeait la donne.

img_3187

Le mutabal à base d’aubergines grillés au four était si onctueux , tout le monde se l’arrachait à table.

Enfin pas de dessert, mais une tisane extra menthe verte , supra gingembre et citron frais 🤩 très originale, rafraîchissante et précieuse alliée du système digestif :

img_3177

Bref, si vous voulez manger des mezze ( en France c’est souvent au restaurant libanais), foncez là-bas, la vue sur le canal de Venise depuis le restaurant reflète harmonieusement le charme des légumes Méditerranéens présent dans nos assiettes.

Voilà qui est dit pour Venise ! vous avez déjà l’embarras du choix 😉

FLOWER BURGER ❤️

Passons maintenant à mon gros coup de cœur à Milan..de la bonne healthy junk food vegane comme on l’apprécie de temps en temps .

Welcome to Flower Burger, viale Vittorio Veneto 🤗 ce restaurant est une franchise, il en existe à Rome , Palerme, Bergame, Rimini, Vérone, et Rotterdam également !! On est loin de l’ambiance Mac Donald hein 😉

Je ne sais pas si c’était l’effet Milan ville de la mode, mais on comptait les belles gosses et beaux gosses à la pelle à chaque mètre carré 😱

Allez je vous emmène aux pays des Burgers remplis de couleurs vitaminées :

img_3815

Vous aurez l’embarras du choix en saveur et tout un arc en ciel de pain à Burger coloré naturellement selon votre humeur. Le Spicy Cecio pour ceux qui aiment la cuisine épicée, le Cheesy cecio avec deux fois plus de fromage végétal , le Cherry bomber tout rose, que nous avons pris en double : steak de lentilles & riz , tomates confites, sauce cocktail , fromage fondant chedar incroyable, salade verte, pousses de soja .. une explosion de saveur et de textures en bouche !

Nous avons également testé l’Oceano, dont le bleu est obtenu grâce à la spiruline ( qu’on ne sent pas au goût par ailleurs ) . Le steak est à base de quinoa, très croustillant, miaaam ! On apprécie le guacamole et la tomate fraîche avec la sauce « beach » aux notes mexicaines , ça donne un vent de fraîcheur et surtout ça rend le Burger moins sec que les lentilles couplées au pain.

img_3811

Côté accompagnement vous aurez le choix entre des potatoes, des patatas bravas, ou des fèves de soja edamame.

Je n’ai pas exploré les desserts, mais le salami de chocolat était très tentant !

De toute façon je me suis promise de revenir TOUS les tester d’ici les 5 prochaines années..ça laisse de la marge de manœuvre 😛

J’espère que mon petit city guide vegan ( non exhaustif et rempli de détours, comme d’habitude 😴) au Pays de la Dolce Vita vous a plu et donné l’envie de vous aventurer dans ces lieux.

Il existe beaucoup d’autres lieux avec une cuisine 100% végétale à Milan ( même raw, bio vegan tendance gastro ), plus qu’ à Venise où le seul restaurant vegan présent est la TECIA vegana.

A soutenir donc..même si cela demande de sortir des sentiers battus, car c’est courageux !

A bientôt 😘

 

SD8dvEuLTPWaQjXNksF7dQ

Pesto d’ail des ours aux noix

Bonsoir bonsoir !

J’espère que cet équinoxe de printemps vous mets en joie, que vous sentez la renaissance globale agir et bourgeonner en vous et autour de vous ! Comme beaucoup d’entre vous le savent, 2019 est un horizon de continuité avec quelques changements, ajustements et recentrage sur notre nature profonde . Ceux qui écoutent cette petite voix pourraient être agréablement surpris de constater que tout s’aligne naturellement , ceux qui refoulent encore risquent malheureusement de se prendre des murs, et ça peut faire mal.

Après 1 an et quelques mois de dépassement de moi-même avec le défi du restaurant, certains le savent, j’ai décidé d’arrêter cette expérience pour me dégager plus de temps et d’espace afin de continuer ce que j’aime faire : apprendre, créer, transmettre . Le rythme de la restauration ne me le permettait plus, mais c’était une très belle expérience, parsemée de belles rencontres et de précieuses leçons .

L’aventure continue en cette année déjà bien entamée : De la cuisine végétale en service traiteur, des cours de cuisine & de pâtisserie végétale, des conférences plus larges sur la santé & l’alimentation en perspective, le lancement de ma marque de produits naturels créés par mes soins pour nettoyer, purifier, chouchouter votre corps, et tout de même une petite boutique conceptstore /atelier à Belfort pour vous accueillir et continuer de vous régaler avec des pâtisseries végétales et jus bios à emporter .

Me voilà en harmonie avec mes désirs : avoir du temps dédié à créer, à continuer de me former en naturopathie, de l’espace pour voyager et inviter au voyage avec ma cuisine, tout en partageant mes connaissances dans le domaine de l’alimentation vivante et de la santé .

Certaines personnes, ont cette faculté de choisir un métier et de s’y consacrer pendant 5, 10, 20, 30 ans . C’est ce qu’on appelle des spécialistes, des personnes constantes peut-être aussi. C’est quand ça ne vibre plus de joie à l’intérieur de nous qu’il faut peut-être considérer ce confort comme un handicap à notre soif inconsciente ou consciente d’évolution .

Pour ma part, je ne peux m’empêcher de suivre un flux de la vie rempli de curiosité , d’expériences différentes, comme si ma vie devait être tissée de plusieurs vies qui ressembleraient à un plaid style patchwork bien douillet, rempli d’ambiances différentes formant une harmonie agréable à regarder, à entourer autour de soi.

Car j’ai bien conscience que ces rôles ne sont qu’un plaid , une forme dans ce monde manifestée par mon être créateur, quelque chose cependant extérieur à mon essence pure , qui tente de lui rester fidèle, souhaitant évoluer en conscience au fil du temps, en observant, en ressentant, et en tirant leçon aussi de certains morceaux de vie vécus. Vous me suivez ? Avec la méditation, on appréhende mieux ce concept de l’observateur témoin .. de nos pensées, de nos émotions, de nos actions, de cet ego, de cette incarnation qui joue un rôle en société et dans ce monde , on prend conscience d’appartenir à un Univers plus vaste avec des lois spirituelles auxquelles nos êtres n’échappent pas sur cette Terre vivante et remplie d’une sagesse naturelle, organique .

Je sais aussi que nos générations cherchent plus de sens que nos parents dans leur métier . Il ne suffit plus de gagner de l’argent, d’assurer nos arrières matériels . On sent intuitivement que notre confort matériel partira en lambeau tout autant que notre humanité si nous ne prenons pas le double virage de la raison couplé au cœur, en pensant nos sociétés plus en harmonie avec la Nature, dans une économie plus sociale et solidaire, sans bannir la compétition, mais en comprenant les lois du vivant dont nous faisons partie intégrante, et en adaptant nos systèmes et modes de vie à ces modèles de sagesse qui pérennisent leurs espèces en préférant la solidarité à la loi du plus fort.

De plus en plus de personnes ayant pourtant un travail sécuritaire, un bon salaire, quittent leur boulot pour se lancer dans une activité de coeur , artisanale ou artistique souvent, faisant écho avec leurs désirs de jeunesse entre rêve et simplicité. La place du corps gagne sur l’intellect , et si l’intellect est encore utilisé, il l’est davantage en tant qu’outil organisationnel afin de concrétiser des idéaux via des projets écologiques, humanitaires, spirituels . Aussi, paradoxalement, cet ère du numérique qui pouvait nous faire peur, devient un moyen de réinventer son métier , de gagner plus de temps libre pour soi, ou de mieux le partager avec ses proches . La frontière entre vie privée et vie professionnelle peut-être plus poreuse, parce qu’on se paye le luxe de rester soi-même avec un métier qui nous permet d’exprimer ce que nous sommes, ce qu’on vibre d’unique à l’intérieur de nous, ainsi on n’a même plus l’impression de travailler . Combien d’artisans gagnent assez bien leur vie en fabriquant des bijoux, de jolis objets en céramique vendus et livrés via une boutique en ligne, combien de talentueux graphistes font naître de super projets ayant vitrine sur la toile, combien unissent leurs forces et partagent leurs outils dans des espaces de co-working dédiés, combien d’artistes ou de coachs bien-être nous inspirent sur les réseaux sociaux, faisant naître de nouvelles vocation, suscitant aux spectateurs l’envie de se lancer à leur tour dans ce qui les fait vibrer et devenir acteur de leur propre réalité ?

Globalement, les activités nous reliant à la Terre, à l’être, faisant appel à nos mains, à nos sens, gagnent du terrain et ont le mérite de l’auto-guérison tout en prenant soin des autres . On réinvente nos métiers en fonction de notre personnalité plus ou moins solitaire, on crée des liens plus étroits aussi, on prend le réflexe de consommer local, sans oublier de rassasier notre goût du nomadisme inscrit dans nos gènes. Derrière tout ce mouvement , ce courage, cette humilité (du latin humus= terre = retour à la terre ), la promesse d’une qualité de vie, de services & de produits finis, redorés d’une éthique, et d’une beauté authentique contribuant à l’harmonie du Tout. Les objets ont de nouveau une âme, un grain de folie même, le pain au levain fait maison du boulanger est plus que jamais vivant, les tissus et matières nobles & naturels se meuvent de nouveau sur les corps, dans les habitats, le bio, le respect des animaux, les couleurs et le divin des fleurs s’invitent dans les assiettes des restaurateurs, les métiers de l’énergétique sont de plus en plus reconnus dans les hôpitaux ( tout doux en France , à fond en Suisse , en Angleterre , où Reiki et acupuncture aident les personnes atteintes de cancers à mieux passer le cap d’une chimiothérapie par exemple ) etc etc

Les ingénieurs souvent très rationnels sont amenés à constater par leur esprit logique, que l’énergie est partout, et parfois pas toujours visible mais bien présente. La physique quantique nous montre que l’intention portée sur quelque chose influence la matière d’une certaines manière, en lien avec notre pensée, pensée qui est une énergie composée de vibrations, positives ou négativeS , basses ou très hautes, amour ou pas.

Tout cela pour dire , que je fais partie, non sans errements parfois, de ces personnes qui ont besoin de ressentir, et de continuer de nourrir le sens profond de la vie à travers des actions conformes à ces ressentis.

J’ai entendu cette phrase dernièrement qui résume bien ma pensée : « Il n’y pas de métiers plus ou moins reconnus, il n’y que la reconnaissance de soi. » Quand on fait ce qu’on aime et ce qui nous fait vibrer au plus haut point, quitte à rompre avec ce que le carriérisme classique de la société attendait de nous, on rend les autres heureux car on est à notre place, en harmonie avec le Monde .

Et ça fait vraiment du bien de se sentir de plus en plus nombreux à travailler vers ce nouveau monde où chaque être assume qui il est dans sa lumière sans s’obscurcir sous un masque ou se sentir étroit dans une case ! Le pouvoir de l’alimentation végétale sur le corps, les vertus des plantes sont si passionnants pour moi que je ne pouvais passer à côté de la cosmétique en tant que suite logique de soin de soi et du vivant, et passer au crible tout ce que l’on met sur notre peau ! Notre peau, filtre qui absorbe en grande partie ce qui arrive dans notre corps.

Le reste sera déversé ensuite dans nos rivières imbuvables, empoisonnera les poissons, quand nous prenons notre douche. Beaucoup d’ingrédients inutiles, toxiques , les fameux perturbateurs endocriniens s’invitent dans nos savons, liquides vaisselle, shampoings, dentifrices, maquillages, crème etc etc

La femme moderne ne se mettrait pas moins de 500 ingrédients par jour sur le corps , nombre qu’on pourrait réduire à une vingtaine des plus vertueux.

C’est un pilier de la consommation qui a son importance autant que le bien manger pour notre bien être, pour le respect de l’environnement, et pour préserver la pureté de l’eau qui est notre bien commun le plus précieux.

Des emballages dont on pourrait bien se passer avec la satisfaction, en plus, d’utiliser des produits naturels, respectueux des animaux ( beaucoup de produits à base d’animaux morts cachés sous des noms savants se cachent derrière les ingrédients de nos cosmétiques), contribuant à notre vitalité, à l’élévation de nos sens, c’est pas beau ça ?!

Savons à froid, shampoings solides , crèmes pour le corps qu’on pourrait presque manger tellement ils sont sains, gorgés de vitamines, gourmands, avec ce petit truc en plus du fait maison avec amour .

C’est en tout cas ce que je vous promets d’ici quelques mois : des produits pour vous bichonner, à base de plantes, d’huiles , beurres végétaux et bios, avec des emballages eco-conscients et sans emballage au maximum. Des ateliers de fabrication de cosmétiques maison, à côté des ateliers culinaires qui continueront de plus belle biensûr !

En attendant, nous poursuivons les travaux dans ce nouvel atelier très wabi sabi : on retrouve le charme de l’ancien, la beauté imparfaite, la patine du temps qui arrange tout..mais il faut le réhabiliter un peu pour le sublimer ensuite.

Je reprends aussi le chemin du blog tant que possible , pour maintenir ce lien intime avec vous . Et ce soir, pour vous partager une recette printanière et sauvageonne :

Un Pesto d’ail des ours aux noix !

Fraîchement cueilli dans le bois joli de Cravanche , de bon samedi matin, accompagnée de mon petit Cueilleur en herbe .

On redécouvre aussi les charmes du printemps autrement , avec ce que nos forêts nous offrent à chaque saison pour nettoyer, purifier, booster notre organisme. C’est joli à voir pousser, c’est une satisfaction immense à cueillir par soi-même, c’est bon à déguster, c’est une énergie subtile puissante qui vous booste et anéantit ce qui n’a plus lieu de traîner, stagner dans notre organisme !

Vous l’ignorez encore , mais la cueillette des plantes sauvages comestibles et médicinales me passionne tellement que j’ai souhaité passer par une formation officielle avec Christophe de Hody, fondateur de « Le Chemin de la Nature » afin de devenir plus experte en la matière.

Un naturopathe redonnant le goût du sauvage autour de Paris, qui gagne à être connu tellement il respire la bienveillance, la simplicité d’être, et la sympathie. Au fond le sauvage n’est pas synonyme d’incivilité , mais plutôt un retour à notre vraie nature, une reconnexion avec la Terre qui nous fortifie, et nous soutient dans notre vie moderne quotidienne .

Notre récolte d’ail des Ours était vraiment fructueuse. Une première pour Gabriel ! Bien assez de feuilles pour concocter quelques pots de Pesto d’ail des ours et congeler le reste sous forme de bouillon de cube .

J’avais l’intention de faire ce Pesto avec des graines de courges, mais à cause d’une rupture de stock au magasin bio , je me suis rabattue sur des noix de Grenoble. Bingo ! Je l’ai trouvé encore meilleur ! Suite à ma publication sur Facebook de cette cueillette et plusieurs personnes m’ayant demandé la recette, j’ai décidé d’écrire directement sur le blog. Une occasion pour vous donner aussi de mes nouvelles. Et puis c’est bon d’écrire , c’est aussi une forme de cuisine, avec les mots qui sont des ingrédients magiques, avec leurs propres vibrations 🙂

Voici la recette pour 1 pot de 400 grammes :

Comme toute plante sauvage, ou légumes qu’on souhaite consommer cru , il est préférable de bien les laver et de les désinfecter.

J’applique ce que j’ai appris lors de ma formation avec « Le Chemin de La Nature » : « En fonction de la zone géographique et de la fréquentation humaine et animale, un nettoyage plus ou moins approfondi sera recommandé si vous voulez les manger crues, au moyen par exemple d’eau vinaigrée, une part de vinaigre pour neuf parts d’eau. Pour augmenter l’efficacité et si la zone est plus fréquentée, une idée serait d’y rajouter une cinquantaine de pulvérisations d’un mélange contenant environ 5 gouttes d’huile essentielle d’Origan compacte, Origanum compactum, pour 200 ml de vinaigre ou mieux d’alcool pure ou à 70 % en veillant cependant à ne pas les laisser tremper trop longtemps pour éviter de perdre trop de vitamines hydrosolubles et à bien rincer. Certains parasites (comme l’échinococcose et la douve du foie) nécessiteraient une cuisson. Il est donc préférable de se renseigner sur les zones à risque, bien que les cas de parasitose soient rares, et que les personnes en contact avec des animaux de compagnie soient les plus exposées à ce type de risques. Sachant que le risque zéro n’existe de toute façon pas, même sur les légumes du marché, il s’agit de rester vigilant, sans pour autant s’angoisser ! Pour éviter les infections en tous genres, il est important de renforcer son terrain, sa vitalité et son système immunitaire par une bonne hygiène de vie »

– 3 grosses poignées d’ail des ours lavées et trempées dans une eau diluée au vinaigre blanc + huile esssntielle tea tree ou origan comme mentionné ci-dessus

– 2 poignées de noix de Grenoble

– 1 cuillère à soupe de levure maltée

– 5 grosses cuillères à soupe d’huile d’olive

– 1 pincée de sel d’Himalaya

– optionnel : 1 filet de citron pour la conservation

Commencez par mixer les noix avec les feuilles afin de les réduire grossièrement en morceaux.

Ajoutez le reste des ingrédients et mixez jusqu’à obtention d’un Pesto bien crémeux.

Vous pouvez servir ce délicieux Pesto sur des crackers comme ci-dessous, ou l’ajouter dans vos salades, ainsi qu’en guise de sauce dans vos céréales chaudes ( quinoa, petit épeautre, pâtes etc ) .

Ce pot se conserve plus d’une semaine au réfrigérateur .

Je vous souhaite un festin forestier sauvagement bon et régénérant !